MDP">


 Sommaire | La vie du Groupe Local | à la une | Réunions publiques | SPECIAL BYGMALION | Communiqués de presse | Agriculture- OGM- Produits BIO | COUPS DE GUEULE ! | Il va faire Bon Vivre à Coulommiers | Energies Renouvelables | FLASH SPECIAL | Résultats des Elections des bureaux de Coulommiers : Municipales ; Cantonales ; Régionales ; Législatives ; Européennes ; Présidentielles | GRENELLE DES ONDES/ technologies sans fil | Echos de campagne d’Eva Joly - Pendant la campagne présidentielle 2012 | Elections Départementales du 22 et 29 mars 2015 Canton de Coulommiers, Hélène TRAN QUAN & Yvon TREGOAT candidatEs, notre programme, nos propositions | Sur TWITTER | Fourre-tout
Recherche

DANS LA MEME RUBRIQUE :
- Bygmalion : de nouveaux éléments fragilisent la défense de Copé
 
- Bygmalion et Franck Riester : des liens qui interrogent ?
 
- Municipales mars 2014 : Coulommiers : Riester (UMP) assume sa collaboration avec Bygmalion. Yvon Trégoat conseiller municipal d’opposition (EELV) s’est vu refuser la tenue d’un conseil municipal extraordinaire pour avoir des explications sur la société Bygmalion.
 
- Affaire Bygmalion : trois ex-cadres de l’UMP, dont Eric Cesari, en garde à vue
 
- Bygmalion : « Tout le monde connaissait son existence » à l’UMP, selon Fillon
 

SPECIAL BYGMALION >


Bygmalion / France Télévisions : Rémy Pflimlin et Patrick de Carolis fragilisés

Lors d’une confrontation devant le juge, l’ancien secrétaire général de la télévision publique, Camille Pascal, a pointé la responsabilité de Patrick De Carolis dans les contrats avec Bygmalion. Parallèlement, le Canard enchainé dévoile l’existence de nouveaux contrats, signés notamment sous la présidence de Rémy Pflimlin, contredisant les déclarations de ce dernier.

Selon un décompte fait à partir des toutes les révélations de la presse, le montant des contrats passés sans mise en concurrence avec les entreprises de Bastien Millot s’élève à plus de deux millions d’euros.

Chaque jour, de nouvelles révélations redessinent les contours de la tentaculaire affaire Bygmalion. A côté du volet « politique » de cette affaire, la justice enquête sur les relations contractuelles entre Bastien Millot, fondateur de la société Bygmalion, et France Télévisions entre 2008 et 2013. Une période qui couvre les mandats de deux PDG de France Télévisions : Patrick De Carolis puis Rémy Pflimlin. Le premier a été mis en examen pour favoritisme, et le second se retrouve face à ses contradictions sur le nombre et le montant des contrats passés avec Bygmalion depuis qu’il est arrivé à la tête du groupe.

2008 : Qui a décidé de travailler avec Bygmalion ?

C’est une question simple, mais très importante pour la suite de l’affaire. Le juge Renaud Van Ruymbeke cherche à savoir quelle personne est à l’initiative des relations commerciales entre Bygmalion (et plus globalement les entreprises de Bastien Millot) et France Télévisions, qui n’ont pas été précédées de mise en concurrence.

Pour y voir plus clair, le juge a donc décidé de confronter les versions de trois personnes mises en examen dans cette affaire : l’ancien PDG Patrick de Carolis, le secrétaire général du groupe à l’époque : Camille Pascal. Et Bastien Millot. L’audition a eu lieu le 27 mai dernier au Pôle financier du Tribunal de Grande Instance de Paris, mais dans le bureau du juge, les trois mis en examen sont restés sur leurs positions de départ.

Bastien Millot explique qu’il n’a rien demandé à personne et que l’idée des contrats est venue de France télévisions.

Le juge lui demande alors qui, chez France Télévisions, a donné l’accord de principe. « Il n’y a pas eu d’accord préalable. (…) Les prestations ont été demandées à partir du mois de novembre 2008 par M. Carolis et M. Pascal en fonction de la nature des prestations demandées ».

Et de rajouter :

la suite du communiqué en cliquant ici



Plan du site - Site conçu avec SPIP - Espace privé