Coulommiers - EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS Coulommiers - EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS
Groupe local
 Sommaire | La vie du Groupe Local | à la une | Réunions publiques | SPECIAL BYGMALION | Communiqués de presse | Agriculture- OGM- Produits BIO | COUPS DE GUEULE ! | Il va faire Bon Vivre à Coulommiers | Energies Renouvelables | FLASH SPECIAL | Résultats des Elections des bureaux de Coulommiers : Municipales ; Cantonales ; Régionales ; Législatives ; Européennes ; Présidentielles | GRENELLE DES ONDES/ technologies sans fil | Echos de campagne d’Eva Joly - Pendant la campagne présidentielle 2012 | Elections Départementales du 22 et 29 mars 2015 Canton de Coulommiers, Hélène TRAN QUAN & Yvon TREGOAT candidatEs, notre programme, nos propositions | Sur TWITTER
Recherche

DANS LA MEME RUBRIQUE :
- Bygmalion : de nouveaux éléments fragilisent la défense de Copé
 
- Municipales mars 2014 : Coulommiers : Riester (UMP) assume sa collaboration avec Bygmalion. Yvon Trégoat conseiller municipal d’opposition (EELV) s’est vu refuser la tenue d’un conseil municipal extraordinaire pour avoir des explications sur la société Bygmalion.
 
- Affaire Bygmalion : trois ex-cadres de l’UMP, dont Eric Cesari, en garde à vue
 
- Bygmalion : « Tout le monde connaissait son existence » à l’UMP, selon Fillon
 
- Campagne de Sarkozy en 2012 : quatre anciens cadres de Bygmalion ont été placées en garde à vue lundi matin dans le cadre de l’enquête sur l’affaire Bygmalion dont l’ex-dirigeant Bastien Millot.
 

SPECIAL BYGMALION >


Bygmalion et Franck Riester : des liens qui interrogent ?

En tant que député, Franck Riester est client de la société Bygmalion et de sa filiale Ideepole pour diverses prestations. Mais Bygmalion et Ideepole facturent également depuis plusieurs années la ville de Coulommiers dont Franck Riester est maire, et l’office HLM de la ville dont il est le président. Plus troublant, le député, qui est également chef d’entreprise -il possède des concessions automobiles- compte parmi ses clients... Bygmalion et Idéepole pour de la location longue durée.

La mairie

Lorsque Franck Riester est élu à Coulommiers en mars 2008, la mairie travaille déjà avec l’entreprise Ideepole, propriété du communicant Patrick Dray, sur le point d’être rachetée par Bygmalion et Bastien Millot . Bastien Millot et Franck Riester se connaissent depuis très longtemps, et leur collaboration, via la mairie, va continuer après l’élection de Franck Riester, notamment sous la forme d’un marché public assorti d’un appel d’offre pour la conception du magazine municipal et de plaquettes culturelles. Ideepole intervient aussi pour des prestations plus ponctuelles, comme le changement du logo de la ville, payé 19.000 euros.
Ideepole facture 24.159 euros en 2009, puis 37.751 euros l’année suivante. De 2009 à 2013, la mairie paie à Ideepole 98.037 euros.

A partir de 2009, la mairie de Coulommiers sollicite aussi les services de Bygmalion pour la newsletter du maire et facture 358,80 euros par mois en 2010, puis 741,52 euros mensuels à partir de 2011. De 2009 à 2013, les prestations entre la ville et Bygmalion s’élèvent 61.378,72 euros

Le député

Avec sa casquette de député, Franck Riester fait également travailler Ideepole et Bygmalion. Cette dernière entreprise est chargée de la création de franckriester.com et de sa mise à jour. En 2011, la qualité du site, au niveau sécurité, fait d’ailleurs l’objet d’un article assez critique de la part du blogueur Bluetouff.

Sur le prix, contrairement à la newsletter du maire qui a vu son prix mensuel augmenter de 2010 à 2011, la mise à jour du site internet du député va passer de 598 euros par mois en 2010, à 227,24 euros les années suivantes.
En tout, Franck Riester s’acquitte de 15 942,68 euros au profit de Bygmalion et de 2 858,44 à Ideepole sur la période 2009-2013.

L’office HLM de Coulommiers

Autre casquette, autre prestation. La comptabilité d’Ideepole fait apparaître 9.493, 86 euros de prestations à l’office HLM de la ville, présidé par Franck Riester. Il s’agit notamment d’enquêtes de satisfaction éditées entre 2008 et 2013.

Les concessions automobiles de l’élu

Franck Riester n’est pas simplement client de Bygmalion et Ideepole. Sur la période 2010-2013, le député-maire va facturer les deux entreprises via les concessions automobiles Peugeot Riester dont il est le PDG. Les deux entreprises s’adressent à la concession de Coulommiers pour louer quatre véhicules : deux berlines 407, une 508 et une 308. La concession de Franck Riester facture aux entreprises les cartes grises des véhicules, les réparations et l’entretien des voitures. Il en coûtera 5 504,84 euros à Ideepole en 2010 et 7998,72 euros à Bygmalion de 2010 à 2013.

Photo 30-06-2014 20 18 49

Interviewé lundi 30 juin, Franck Riester a pris le temps de revenir sur les nombreuses prestations demandées en tant que maire, député et président de l’office HLM, il explique que « tout ça est tout à fait dans les règles, tout ça est transparent, et qu’il n’a « aucun souci avec cela. »

Et de rajouter : « Ce n’est pas parce que Bygmalion a fait des choses, peut-être répréhensibles (les fausses factures à l’UMP, ndlr), que tous les clients de Bygmalion ont fait des choses répréhensibles. »
Sur les locations de voitures, Franck Riester assume : « Oui je suis chef d’entreprise, je vends des voitures. Ca peut arriver que je vende des voitures comme c’est le cas à quelqu’un comme Bastien Millot, qui est de Seine et Marne depuis toujours, que je connais depuis toujours, et que mes services connaissent depuis toujours… »

Selon lui, toutes les précautions ont été prises :

Je suis tout à fait clair. On a fait tout ce qu’il fallait. Je suis très attaché à la bonne gestion de l’argent publique. Encore une fois, ce sont des montants faibles (les locations de voitures, ndlr) avec des prestations qui sont importantes en parallèle, qui sont des prestations réelles (les prestations facturées par Bygmalion et Idéepole à la mairie, et au député).
Vous avez toutes les factures, tout ça est, encore une fois, adossé à des prestations sérieuses et réelles. On travaillait avec cette entreprise, (Ideepole, ndlr), avant que Bastien Millot la rachète, et on a même mis des appels d’offres en place alors même que les montants des factures ne le nécessitent pas.

Ecoutez l’intégralité de l’entretien avec Franck Riester sur France Culture d’ou l’article joint :