Coulommiers - EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS Coulommiers - EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS
Groupe local
 Sommaire | La vie du Groupe Local | à la une | Réunions publiques | SPECIAL BYGMALION | Communiqués de presse | Agriculture- OGM- Produits BIO | COUPS DE GUEULE ! | Il va faire Bon Vivre à Coulommiers | Energies Renouvelables | FLASH SPECIAL | Résultats des Elections des bureaux de Coulommiers : Municipales ; Cantonales ; Régionales ; Législatives ; Européennes ; Présidentielles | GRENELLE DES ONDES/ technologies sans fil | Echos de campagne d’Eva Joly - Pendant la campagne présidentielle 2012 | Elections Départementales du 22 et 29 mars 2015 Canton de Coulommiers, Hélène TRAN QUAN & Yvon TREGOAT candidatEs, notre programme, nos propositions | Sur TWITTER
Recherche

DANS LA MEME RUBRIQUE :
- Bygmalion et Franck Riester : des liens qui interrogent ?
 
- Municipales mars 2014 : Coulommiers : Riester (UMP) assume sa collaboration avec Bygmalion. Yvon Trégoat conseiller municipal d’opposition (EELV) s’est vu refuser la tenue d’un conseil municipal extraordinaire pour avoir des explications sur la société Bygmalion.
 
- Affaire Bygmalion : trois ex-cadres de l’UMP, dont Eric Cesari, en garde à vue
 
- Bygmalion : « Tout le monde connaissait son existence » à l’UMP, selon Fillon
 
- Campagne de Sarkozy en 2012 : quatre anciens cadres de Bygmalion ont été placées en garde à vue lundi matin dans le cadre de l’enquête sur l’affaire Bygmalion dont l’ex-dirigeant Bastien Millot.
 

SPECIAL BYGMALION >


Bygmalion : de nouveaux éléments fragilisent la défense de Copé

L’ancien patron de l’UMP, Jean-François Copé, va devoir répondre aux questions précises des enquêteurs. Selon les procès-verbaux d’interrogatoire que Le Monde s’est procurés, les enquêteurs disposent d’une série d’éléments qui fragilisent la position de l’ancien président de l’UMP.
Jusqu’à présent, sa défense consistait, en effet, à affirmer qu’il n’était pas au courant du système de fausses factures destinées à masquer les dépassements des dépenses de campagne lors de la dernière présidentielle.

Entendu comme témoin, le 26 mai, M. Copé avait ainsi assuré aux policiers n’avoir été mis au courant des malversations que le 16 mai, lors d’une réunion à l’UMP.

Or, lors des interrogatoires de plusieurs cadres de Bygmalion, l’attention des enquêteurs s’est portée sur une série de réunions organisées au domicile de Guillaume Bazaille –passé au service de M. Copé après avoir œuvré pendant deux ans en tant que chef du service de presse de l’Elysée –, où se sont retrouvés, à deux reprises, les protagonistes de l’affaire après que Le Point a révélé les premiers éléments du scandale.

 » Lire : Si vous n’avez rien suivi à l’affaire Bygmalion

Lors de la première réunion, le 27 ou le 28 février 2014, étaient présents Guy Alvès et Bastien Millot, fondateurs de Bygmalion, et Jérôme Lavrilleux, proche de Copé et directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy. Lors de la seconde réunion, le 2 mars, M. Copé était présent. Ce qui rend peu crédible, aux yeux des enquêteurs, la thèse de l’ignorance des pratiques mises en place.

Par ailleurs, en saisissant de nouvelles pièces comptables, les enquêteurs semblent avoir mis au jour un « système » d’évasion de fonds antérieur à la campagne présidentielle de 2012, qui pourrait avoir été le support d’enrichissements personnels. Plusieurs doubles factures ont été établies, relatives à des événements liés à l’UMP.

 » Lire : Nicolas Sarkozy directement menacé

http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/10/06/de-nouveaux-elements-fragilisent-la-defense-de-jean-francois-cope-dans-l-affaire-bygmalion_4501269_823448.html

- LE MONDE | 06.10.2014 à 13h44 • Mis à jour le 06.10.2014 à 14h46 |
- Par Fabrice Lhomme et Gérard Davet