MDP">


 Sommaire | La vie du Groupe Local | à la une | Réunions publiques | SPECIAL BYGMALION | Communiqués de presse | Agriculture- OGM- Produits BIO | COUPS DE GUEULE ! | Il va faire Bon Vivre à Coulommiers | Energies Renouvelables | FLASH SPECIAL | Résultats des Elections des bureaux de Coulommiers : Municipales ; Cantonales ; Régionales ; Législatives ; Européennes ; Présidentielles | GRENELLE DES ONDES/ technologies sans fil | Echos de campagne d’Eva Joly - Pendant la campagne présidentielle 2012 | Elections Départementales du 22 et 29 mars 2015 Canton de Coulommiers, Hélène TRAN QUAN & Yvon TREGOAT candidatEs, notre programme, nos propositions | Sur TWITTER | Fourre-tout
Recherche

DANS LA MEME RUBRIQUE :
- Radiofréquences : réveil timide de l’Afsset… Jean Desessard, Sénateur Vert de Paris se réjouit de la prise de conscience tardive des autorités sanitaires françaises concernant les risques de l’exposition aux radiofréquences sur la santé.
 
- L’agence française de sécurité sanitaire recommande de réduire l’exposition du public aux ondes électromagnétiques, dont celles du téléphone portable. Mais juge que les preuves de dangerosité sont encore insuffisantes.
 
- Ondes électromagnétiques : Un nouveau rapport recommande une réduction des expositions. De plus en plus d’associations demandent à ce que les antennes-relais soient démontées
 
- Yvon Trégoat, Conseiller Municipal Verts de Coulommiers a écrit à tous les membres du Conseil Municipal de la part de Jean Desessard Sénateur Verts de Paris, pour leur proposé de rejoindre l’opération pilote pour expérimenter le seuil de 0,6V/m aux antennes relais, Le Parisien en parle avec la réponse de Jean Pierre Aubry Maire Adjoint qui n’est pas contre mais n’ont pas encore eu le temps d’en discuter entre eux……..A SUIVRE….
 
- Grenelle 2 : les Sénateurs interdisent l’usage des portables dans les écoles
 

GRENELLE DES ONDES/ technologies sans fil >


Antennes-relais : malentendus entre experts et associations, L’audition parlementaire organisée lundi 6 avril 2009 à Paris a illustré les divergences majeures entre les acteurs du dossier.

« Il y a bien des troubles provoqués par les antennes-relais, il ne faut pas les négliger, ils sont d’ordre… psychosomatique », a affirmé lundi le professeur Denis Zmirou (faculté de médecine de Nancy), lors de l’audition publique organisée sur ce sujet à l’Assemblée nationale. « Une étude montre que des enfants de 7 ans, exposés depuis leur enfance aux ondes électromagnétiques, présentent plus de troubles du comportement que les autres, a rétorqué, quant à elle, une militante de l’association Priaterm…

Depuis début février, date à laquelle deux opérateurs de téléphonie mobile ont été contraints par la justice de démonter deux antennes-relais au nom « du principe de précaution » et du « ressenti » des riverains, plusieurs dizaines de procédures judiciaires ont été lancées.

Face à cette mise en cause qui menace la téléphonie mobile en France, les pouvoirs publics ont décidé de prendre le problème à bras-le-corps afin de répondre à la judiciarisation de cette question de sécurité sani­taire.

Lundi, à l’initiative de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst), une audition pu­blique a permis aux scientifiques, aux associations et aux opérateurs de téléphonie mobile de se rencontrer et d’échanger, en présence de parlementaires et de la presse.

Le résultat a été une sorte de dialogue de sourds, entre certaines ONG, qui estiment que les normes doivent être revues, que certaines antennes doivent être démontées, que les enquêtes épidémiolo­giques sont insuffisantes, et les experts scientifiques, qui affirment qu’en l’état actuel des connaissances, aucun risque sanitaire n’a été mis en évidence.

Inquiétudes sociétales

« Ces dix dernières années, les Français ont été spectateurs de cette prolifération d’équipements dont ils ne comprennent pas toujours les propriétés. On compte 47 000 de ces antennes-relais utilisant le GSM, a expliqué très calmement en introduction Bernard Accoyer, le président de l’Assemblée nationale. Elles s’ajoutent aux 23 000 stations UMTS et à l’ensemble des stations autorisées déjà existantes, antennes de radiodiffusion, de télévision, de radio professionnelle. Le Parlement ne peut rester indifférent aux craintes… »

Puis, associations et experts se sont opposés à coups d’études scientifiques. Le professeur André Aurengo (hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris), l’un des rares experts français à maîtriser à la fois des questions de physique et de biologie, a évoqué une série d’études ne mettant pas en évidence d’effet biologique des ondes électromagnétiques, ainsi que des enquêtes épidémiologiques allant dans le même sens. Même position de la part du professeur Zmirou. À l’inverse, plusieurs membres de l’association Robin des toits ont cité des études mettant en avant des troubles pour la santé.

Une mère de famille a déploré l’absence d’enquêtes chez des enfants… Un médecin a évoqué l’augmentation du taux de cancer comme une conséquence possible des antennes-relais, oubliant de préciser que l’espérance de vie n’arrête pas d’augmenter. Comment concilier des experts qui ont une vraie légitimité scientifique et des associations qui travaillent sur des inquiétudes sociétales ? Le Grenelle des antennes-relais, prévu le 23 avril, est censé répondre à la question.

le 7 avril 2009



Plan du site - Site conçu avec SPIP - Espace privé