Coulommiers - EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS Coulommiers - EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS
Groupe local
 Sommaire | La vie du Groupe Local | à la une | Réunions publiques | SPECIAL BYGMALION | Communiqués de presse | Agriculture- OGM- Produits BIO | COUPS DE GUEULE ! | Il va faire Bon Vivre à Coulommiers | Energies Renouvelables | FLASH SPECIAL | Résultats des Elections des bureaux de Coulommiers : Municipales ; Cantonales ; Régionales ; Législatives ; Européennes ; Présidentielles | GRENELLE DES ONDES/ technologies sans fil | Echos de campagne d’Eva Joly - Pendant la campagne présidentielle 2012 | Elections Départementales du 22 et 29 mars 2015 Canton de Coulommiers, Hélène TRAN QUAN & Yvon TREGOAT candidatEs, notre programme, nos propositions | Sur TWITTER
Recherche

DANS LA MEME RUBRIQUE :
- Travaux d’extension du réseau de chaleur de géothermie sur le secteur de Vaux à Coulommiers durant l’été 2014.
 
- Un pilotage gouvernemental pour stimuler les emplois verts. Deux ans après le Grenelle de l’environnement, dont le gouvernement assure qu’il pourrait à terme déboucher sur 600.000 emplois verts, les filières se sont réunies mardi 13 octobre 2009 pour se mettre en ordre de marche.
 
- Les immeubles "verts" offrent de meilleurs rendements
 
- L’Ademe compare les prêts bancaires « verts »
 
- Le Syndicat Des Energies Renouvelables
 

Energies Renouvelables >


L’herbe à éléphant rivalise avec fioul et charbon. Le miscanthus est cultivé à Plaintel.

Jean-François Courcoux ouvre son champ de miscanthus au public. Une plante asiatique aux usages multiples, écologique et très énergétique.

Le champ en pente douce aligne ses plants de miscanthus. « Une herbe de 3 à 4 mètres de haut, où se cachent les éléphants en Asie », dit Jean-François Courcoux.

Agriculteur, forestier, horticulteur, il la cultive depuis une quinzaine d’années, « pour sa fleur ». Il a maintenant d’autres vues. Car cette plante est à multi-usages : panneaux de particules, tableaux de bord de voitures, emballages, pâte à papier, biocarburant, combustible...

« Un hectare de miscanthus, assure Jean-François Courcoux, a le même pouvoir calorifique que 12 tonnes de charbon ou 7 300 litres de fuel. Avec 2 000 m2, on chauffe une maison ! » On ensile la tige en mars, après la chute des feuilles. On récolte 20 tonnes de biomasse par hectare. Cette plante est aussi très écologique. Elle ne nécessite ni engrais, ni pesticide, « sauf un peu d’herbicide la première année. Et un hectare de miscanthus stocke 36 tonnes de carbone ».

Jean-François Courcoux dans sa plantation de miscanthus à Plaintel.
En Angleterre, l’herbe à éléphant alimente une centrale équivalente à trois réacteurs nucléaires. :Jerôme Fouquet

Ne pas se planter

Avant de se lancer à grande échelle dans cette production, Jean-François Courcoux a voulu tester plusieurs provenances de plantes sur 4 hectares. « J’en ai fait venir de Pologne, d’Autriche, d’Allemagne, d’Angleterre et des Pays-Bas. » Les résultats sont très hétérogènes. Autant le miscanthus acheté en Angleterre donne de très bons résultats, autant celui de Pologne est « catastrophique ».

Car il ne faut pas se planter ! Investir dans le miscanthus coûte cher : de 3 000 à 7 000 € l’hectare.

Aussi, quand seulement 5 % des plants polonais démarrent pour mal se développer, c’est la ruine. En revanche, quand les plants anglais démarrent à 90 voire 100 % et grandissent vite, cultiver du miscanthus devient fort intéressant. D’autant que cette herbe repousse chaque année. Les plus anciennes plantations d’Europe ont 23 ans.

En France, on connaît encore peu le miscanthus. La société britannique Bical-UK en a planté 40 hectares à Bannalec dans le Finistère. Les Anglais ont une longueur d’avance avec 17 000 ha et 400 000 tonnes produites. Dans le Yorkshire, l’herbe à éléphant alimente une centrale équivalente à 3 réacteurs nucléaires !

Jean LE DOUAR.
Édition du vendredi 21 septembre 2007
Ouest France

Il y a des données très favorables sur le web (tapez "miscanthus" sur votre moteur de recherche). Apparemment cette graminée permet un usage direct comme combustible, sans intrans et sans traitement chimique.

Nous avons trouvé ceci sur le site de l’ADEME